Français

LE KALEIDOSCOPE

I

Les papillons mortuaires pliaient leurs ailes sous le vent

ainsi tournait le kaléidoscope

au lever matinal

                   le visage somnolent de la mort

les cloches étincelantes et les feuilles d'argent

remplissaient des espaces vacants

au lever matinal

le visage somnolent de la mort

épinglée en beauté

irradiait

II

 

les insectes

réapparaissent

léger tremblement dans l'air

 

de figures abstraites

un fourmillement d'heures

multiplie les couleurs

III

 

l'objet

guide  nouvelle  clé

témoigne

le souvenir n'habite pas

l'œil alourdi

IV 

le désert se déploie

je nage au travers des objets

éteints

silence sourd      étouffant

 V

 

la nuit

au visage miroitant

se penche derrière l'horizon

les ombres

s'appellent par leur nom

toutes les apparences se reflètent

en émergeant

de la racine profonde de l'être

VI

ombre et reflet

en jouant

s'éteignent

VII 

Les cornes du taureau endolori

percent le matin

la lumière aigrie refleurit

en dénudant toutes choses

ainsi tourne le kaléidoscope et d'un coup un incendie

de beauté

se lève les figures effilées

sont là

restent là